« Tu me fais tourner la tête, mon manège à moi, c’est toi… », « Tu fais tourner de ton nom, tous les moulins de mon coeur… » Rendez-vous au kiosque à musique pour arrêter le tourbillon de la vie, suspendre le temps et se retrouver ensemble le temps d’une chanson.

À la Belle Époque, les kiosques à musique fleurissent dans les villes françaises. Dans les parcs et jardins ou bien au centre de places publiques, ils sont destinés à l’accueil de musiciens et de fanfares qui jouent lors d’événements importants.

Crédits photographiques : Crespeau – Valence Romans Tourisme
Crédits photographiques : Crespeau – Valence Romans Tourisme

Le kiosque des amoureux de Peynet à Valence

Annie Peynet raconte comment le célèbre couple d’amoureux est né sous le crayon de papier de son père : »En 1942, devant remettre un pli confidentiel à un correspondant, à Valence, dans le département de la Drôme, Peynet se trouvait au point de rendez-vous, assis sur un banc, face au kiosque à musique (classé Monument Historique depuis 1982). C’est là qu’il imagine un petit violoniste aux cheveux longs qui jouait tout seul dans le kiosque et une admiratrice qui l’écoutait.

« Les Amoureux de Peynet » étaient nés !… et ils ont fait le tour du monde… sur des porcelaines, sur des écharpes, sous forme de poupées, dans des livres, sur des médailles, en statues (telle celle élevée à Hiroshima au Japon)… sur tout ce qui symbolise l’Amour !

« Brassens n’aurait pas écrit « les bancs publics » sans mes Amoureux » disait Peynet.


« Charles Aznavour leur a consacré également une chanson, interprétée par Marcel Amont, « les Amoureux de Papier » ». Annie Peynet

Crédits photographiques : Grunenberger, 2002. Nancy destination

Le kiosque du parc de la Pépinière à Nancy

Construit en 1875 par l’architecte Moret, le kiosque du Parc de la Pépinière semble tout droit sorti d’un conte de fée.

Ses lanterneaux en bronze doré lui donne une allure de carrosse autrichien.

Au début du XXème siècle, de nombreuses chaises étaient installées autour du Kiosque Mozart pour attirer les mélomanes qui se pressaient dans le parc pour écouter les concerts.

Le kiosque végétal en osier vivant du parc Alsace à Levallois (92)

Installé sur le point le plus haut du nouveau parc Alsace (17 000 m2) dans Levallois, ce kiosque végétal forme un dôme volumineux qui contraste avec le reste du paysage. Constitué de saules vivants, il pousse et évolue au fil des saisons.

Crédits photographiques : Le bonheur des gens – Troyes La Champagne

Le kiosque du jardin du rocher de Troyes

Son bulbe doré, lui confère une allure orientale. À l’ombre de tilleuls centenaires, Il est situé dans la jardin du Rocher qui doit son nom à la cascade dont l’eau s’écoule dans un bassin d’agrément en vogue sous Napoléon III. C’est en 1889, l’année de l’inauguration de la Tour Eiffel que Monsieur Brissonnet, bienfaiteur de la ville, lègue ce kiosque aux Troyens.

Le kiosque du Jardin du Mail à Angers 

Ce kiosque dodécagonal, inauguré le 20 mai 1877 est paré de guirlandes et de girandoles de lumières qui lui donnent un air de fête le jour et répandent une douce clarté féérique et enchantée, la nuit.

Crédits photographiques : Ville d’Angers – Th. Bonnet
Crédits photographiques : Laurence Plancke – Ville de Vichy 

Le kiosque du Parc des Sources à Vichy

Ce kiosque fut construit en 1902 par l’architecte Charles Lecœur ❤️.

Émile Robert réalise des balustrades en fer forgé à motifs de chardons et de portées musicales 🎵.

Sous Napoléon III, les 7 kiosques que comptait la ville thermale de Vichy étaient les coeurs battants et musicaux de la ville.

« Depuis 1910, un nouveau kiosque trône au parc des Sources, en lieu et place de celui existant actuellement. Celui-ci est alors, on ne peut plus actif. Il accueille ainsi chaque après-midi le « grand concert de 14 h 30 ». Un rendez-vous qui sera très vite encensé par les Vichyssois, curistes et la presse qui apprécient la qualité des musiciens, presque tous lauréats des Conservatoires, qui y joueront quotidiennement. Un kiosque qui sera également le théâtre, une fois par semaine, d’un «bal des enfants ».

Florian Gallant, Les kiosques de Vichy, au-delà de la musique, un symbole historique du thermalisme, La Montagne, 02/06/2018

Le kiosque à musique de Laval 

Ce kiosque à musique décagonal en bois construit par l’architecte Georget en 1878 est coiffé d’un grand lanternon, percé de vitraux.

Les noms des dix compositeurs : Bizet, Meyerbeer, Rossini, Offenbach, Reyer, Adam, Berlioz, Cherubini, Halevy et Aubert sont peints sur les frontons.

Crédits photographiques : Wikipédia, oie blanche 
Crédits photographiques : Wikipédia, François de Dijon

Le kiosque à musique de Dijon

L’ élégant kiosque à musique de Dijon dessiné par l’architecte Desherault trône, depuis 1912 sur la place Wilson. 
On s’imagine volontiers dans ce si joli décor, écouter les concerts mêlés aux chants des oiseaux et au bruit de l’eau jaillissante du bassin à proximité.

Le kiosque à musique de Romans-sur-Isère

« Ce rêve bleu »🎶… » Le kiosque de Romans-sur-Isère coiffé d’un majestueux bulbe argenté semble tout droit sorti d’un conte des « Mille et Une nuits ». Nul doute que, de ce kiosque s’échappe des mélodies envoûtantes les nuits d’été.

Crédit photographique : Crespeau – Valence Romans Tourisme

Retour haut de page